Retours sur l’atelier « Iconographies »

Texte rédigé par Hélène Bailleul

L’atelier organisé par Alban Lecuyer (photographe), Hélène Bailleul (Urbanisme, ESO, Université Rennes 2) et Raphaële Bertho (Histoire de la photographie, MICA, Université Bordeaux 3), a été pensé comme un temps de pratique partagée proposant de croiser les habitus d’un photographe, d’une urbaniste et d’une historienne de la photographie en matière de recherche sur la ville et ses évolutions contemporaines. Cette mixité des profils au croisement entre arts et recherches a été amplifiée par le profil des participants à l’atelier : géographes, architectes, graphistes, vidéastes et sociologues ont participé pendant quatre jours aux travaux.

Que peut dire la photographie de la ville ? Comment la photographie peut-elle rendre compte des mobilités ? Des relations sociales dans l’espace public ? Des transitions socio-spatiales en cours ?

Afin d’enrichir les réflexions sur la société mobile, l’atelier Iconographies pose la question des potentialités du médium photographique à rendre compte de la recherche académique ou artistique sur ces sujets. Il s’agit de dépasser le statut classiquement donné à l’image, et plus particulièrement à la photographie, considérée strictement comme un outil de captation ou de représentation du réel. Le travail d’atelier vise à questionner la pratique photographique, et à comprendre comment la photographie peut figurer des changements, passés ou à venir, comme elle peut figurer des rythmes, des sensations, des cultures à l’œuvre dans la société contemporaine et dans les environnements urbains et qui trament le rapport à l’espace des individus. L’atelier se propose d’explorer comment la photographie peut être à la fois utilisée pour enregistrer, pour observer, pour imaginer ; différents usages qui lui assignent alternativement un statut documentaire (témoignage ou observation scientifique) ou projectif (figuration d’un ailleurs dans le temps et dans l’espace).

Déconstruire son regard, déconstruire sa pratique, reconstruire les images

Le programme de l’atelier était organisé autour de trois journées de terrain, occasion d’une pratique photographique collective, sur la commune de Rezé et dans le Sud de Nantes (île de Nantes). Trois objectifs principaux marquaient ces sorties terrain : déconstruire son regard en pratiquant une balade en aveugle dans les quartiers résidentiels de Rezé affublés de nos appareils, attentifs à nos autres sens, pour questionner ce qu’implique le rapport à l’espace médiatisé par la vue ; déconstruire sa pratique dans un temps d’observation d’un terrain urbain (Centre commercial Beaulieu, Place Pirmil et Bords de Loire), pratique commune au photographe ou au chercheur, mais avec des enjeux nouveaux, liés à l’exercice de protocoles photographiques basés sur le principe d’une contrainte (temps de prise de vue, focale fixe, position du pied, etc.) ; enfin reconstruire les images par la mise en œuvre d’un protocole choisi par les participants qui visait à récolter des images sur le terrain pour préparer un travail « en chambre » de photomontage ou de montage/collage des images.

Ainsi, pendant quatre jours, le groupe Iconographies a arpenté le terrain, photographié « sous contraintes » cet espace et monté un projet visuel qui fut restitué à l’ensemble des participants de la résidence le dernier jour. Ces travaux ont été menés en binômes, qui ont varié au cours de la semaine, pour favoriser les échanges, les rencontres entre profils différents, les remises en question des pratiques disciplinaires ou artistiques. Des échanges dont on retrouve la trace dans des comptes rendus journaliers publiés chaque soirs sur le carnet de recherche Territoire des images. Ces notes prises sur le vif, précipités d’expériences diverses et communes, ont été l’amorce d’un travail réflexif de mise en forme de ces dialogues entre image et terrain, entre chercheurs et artistes, entre disciplines, regards, approches…

Parcours jour 1

Le groupe « iconographies » part en binômes pour une marche en aveugle. Réalisation Alban Lecuyer

Prise de vue en aveugle

La prise de vue en aveugle. L’un déclenche l’appareil, l’autre note les conditions de prise de vue. Réalisation Alban Lecuyer

 

 

 

 

 

 

 

Protocole arythmétique

Protocole réalisé à l’entrée du centre commercial Beaulieu. La présence de l’appareil est vite oubliée par les passants. Réalisation Alban Lecuyer

Protocoles arythmétiques

Réalisation d’une série selon un protocole fixe : appareil sur pied, cadrage fixe, déclenchement selon un intervalle. Réalisation Alban Lécuyer

 

 

 

 

 

 

 

 

Un foisonnement de projets

Qu’il s’agisse de graphistes, d’architectes, d’urbanistes, de géographes, de sociologues, les participants à l’atelier Iconographies ont tenu à questionner sous des angles différents la matière sociale et spatiale de ces lieux particuliers que sont les espaces publics de la ville en mouvement. Si certains ont choisi d’explorer les stratifications sociales et spatiales de l’espace, d’autres ont travaillé les conditions de la pratique photographique scientifique en ville. Si certains ont questionné la dimension temporelle du mouvement et des rythmes des corps dans l’espace, d’autres ont produit des montages illustrant la place de l’immobilité dans l’espace, les conditions sociales de la mobilité, ou encore les comportements attendus ou inattendus des personnes en mobilité, la possibilité d’une « fictionnalisation » de ces corps dans l’espace.

La femme au ballon vert

Mise en évidence de la synchronisation des mobilités. Photomontage réalisé par Didier Favreau.

Mobile immobile

Mise en évidence des inégalités liées à la mobilité. Extrait de la série « Mobile immobile » réalisée par Benjamin Pradel

 

 

 

 

 

 

 

Le genre

La question du genre dans les espaces de mobilité. Photomontage réalisé par Erika Flahault

Stratification 1

La relation de l’espace au social dans la mobilité Photomontage réalisé par Rahaf Demashki

A propos

Bailleul-mobhumanip-2014

Publié dans Retour d'expérience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Mobile Lives Forum